Re: Les livres sur le rap

Bien sûr que oui ce n'est pas la même échelle entre les Etats-Unis et la France. Pour le rock, comme pour le rap.

C'est d'ailleurs tout le propos du départ, non ?

Keep It Fake For Real
http://www.fakeforreal.net

Re: Les livres sur le rap

ice-axe wrote:

G pas vu un biopic sur AKH par exemple quand il vendait des millions.

Obligé tu blagues: https://www.dailymotion.com/video/x972m4

Quand Gnou dit qu'un joeystarr a une exposition médiatique comme Eminem dans son pays sous prétexte qu'il est sur la TNT 20 après ma Benz, alors que l'autre a un film sur sa vie en sortie internationale et Oscar à son summum (c ça Hollywood, problème de la définition, le nom précis du studio importe pas là), je trouve que c pas comparable.

Le studio est important parce que la seule chose nécessaire pour faire un film c'est une poignée d'écus. Sans le succès de Eminem show, pas de distribution par Universal, et pas de succès.

Akhenaton gagne une victoire de la musique en 1999 pour Taxi.

Joey Starr et Francis Lalanne en clair en 2003: http://www.leparisien.fr/culture-loisir … 706246.php

(La Haine est tout autant un film musical que 8 Mile.)

Re: Les livres sur le rap

Oui, un studio c'est important. C quoi l'intérêt de connaître la fiche IMDb? Si tu veux expliquer que 8 mile est pas Hollywood pour un critère qui m'échappe, ok. Je dois être le seul dans le monde entier à dire Hollywood pour film américain à gros budget. La haine est un film sur la musique parce que c en banlieue avec des bavures policières. Bah non. Par contre, un film sur la vie d'un rappeur qui fait des battles, g tendance à croire que ça parle de rap. Et je comprends pas la même mise au niveau d'un film à 250M$ de box office avec un docu DVD vendu à 7 exemplaires.

Re: Les livres sur le rap

ice-axe wrote:

Je dois être le seul dans le monde entier à dire Hollywood pour film américain à gros budget.

Bah parce qu'en fait 8Mile n'est pas un film a gros budget - moins de budget que Taxi, pour rester dans nos références, en moyenne un film Hollywoodien a $100 million de budget. Confondre l'investissement avec les moyens déployés, c'est méprendre le fonctionnement de l'industrie: après 8 Mile 50 cent a fait son propre film, il avait le même budget avec juste un album sous la ceinture.

la même mise au niveau d'un film à 250M$ de box office avec un docu DVD vendu à 7 exemplaires.

C'est toi qui a ramené Akhenaton dans cette conversation. Tu dis "G pas vu un biopic sur AKH par exemple" ben pourtant ça existe. Si ton point de vue c'est qu'IAM sont moins célèbres qu'Eminem: ouais, on est d'accord, mais je pense que cette conversation n'avait pas besoin d'avoir lieu.

La haine est un film sur la musique parce que c en banlieue avec des bavures policières. Bah non. Par contre, un film sur la vie d'un rappeur qui fait des battles, g tendance à croire que ça parle de rap.

Donc pour toi Les Dents de la Mer, c'est un film sur la natation?

Re: Les livres sur le rap

Taxi, c'est un budget de 50M FRF hein, c pas dur à vérifier. Après, je discute par analogie, j'ai pas une calculette dans la tête, dans ta définition strictement personnelle d'Hollywood, c budget = 100USD (pourquoi 100 et pas 90, bref, on ne sait pas), et 8 Mile, ça fait 50, donc tu bugues, et tu perds le sens de la conversation, ça devient dur. Pareil, un biopic sur AKH (j'aurais pu dire Kool Shen, Solaar, analogie tu te souviens hein?), tu bugues encore parce que t'as trouvé un documentaire fait par son cousin et vendu sur le marché: t'as pas compris que le sujet c'était la légitimation d'un rappeur par un média puissant à portée mondiale, cqfd "8 Mile" et cqfd "pas France", juste une discussion sur d'éventuelles différences de dynamique sur cette légitimation ?

Tu vois où du rap dans la Haine, sérieux ?
Normalement, tu devrais répondre: "Il y a du rap dans une scène dans un taxi où on entend Express D", car tu ne comprends que ma question est en fait: "La thématique du rap dans le film La Haine est-elle la thématique principale ?" Mais je parle pas comme ça dans la vraie vie et généralement, les gens buguent pas et comprennent. 

Mais, bon, le but de ma discussion était
1- Un mouvement de jeunesse type yéyé a eu un traitement différent d'un autre mouvement de jeunesse, le rap
2- les yéyés ont une démarche de copie sur les US différente de la même démarche de copie rap fr/US

Je suis quelqu'un qui n'a pas de certitude. Apparemment, c pas le cas ici.
1- Les yéyés, c'est exactement, à tous les niveaux, sur tous les traitements, la stricte même analogie que le rap français en terme médiatiques comme institutionnels. Ah bon.
2- Le rap français ? Pareil, une stricte copie des US sans aucune distinction, l'exacte même traitement médiatique, l'exact même légitimation. Un copié-collé. Ah bon.

Et fi de toute dynamique, analyse, nuance.

Re: Les livres sur le rap

ice-axe wrote:

1- Les yéyés, c'est exactement, à tous les niveaux, sur tous les traitements, la stricte même analogie que le rap français en terme médiatiques comme institutionnels. Ah bon.
2- Le rap français ? Pareil, une stricte copie des US sans aucune distinction, l'exacte même traitement médiatique, l'exact même légitimation. Un copié-collé. Ah bon.

Sur le point numéro 1, tu remplaces "yéyé" par "rock français" (dont les yéyés n'ont été qu'un épisode), et tu enlèves les "exactement", "à tous les niveaux", "stricte", etc.... Et oui, c'est à peu près l'idée.

Bien sûr qu'il y a des nuances. Ce ne sont pas les mêmes époques, pas les mêmes médias, etc. Mais dans l'ensemble la dynamique, tout comme le rapport au modèle américain, est le même.

Sur le point numéro 2, non, ce n'est pas un pur décalque des US, tout comme le rock français n'était pas un pur décalque des US (ou du UK).


ice-axe wrote:

Et fi de toute dynamique, analyse, nuance.

Ça c'est quand même fort de café. C'est justement toi, qui avance plein de trucs inexacts et approximatifs qu'il faut sans cesse rectifier !

(je parle de la discussion sur les yéyés)

Keep It Fake For Real
http://www.fakeforreal.net

Re: Les livres sur le rap

Ben c'est à dire que tu vois des nuances où il n'y en a pas, et tu n'en vois pas là où il y en a.

Taxi, c'est un budget de 50M FRF hein, c pas dur à vérifier. Après, je discute par analogie, j'ai pas une calculette dans la tête, dans ta définition strictement personnelle d'Hollywood, c budget = 100USD (pourquoi 100 et pas 90, bref, on ne sait pas), et 8 Mile, ça fait 50, donc tu bugues, et tu perds le sens de la conversation, ça devient dur.

Tu vas calculer l'inflation aussi? Tu as le droit de ne pas me croire, mais quittes a "vérifier" les faits, va jusqu'au bout.
Ici, le film a un "scant budget"

Many film budgets come in a bit lower, ranging from $100 – $150 million. And The Hollywood Reporter notes that the average cost of a feature film is even lower, spanning between $70 and $90 million. In this range, we see a lot of movies many would consider… well, pretty average.

(Source)

je discute par analogie

Des roses et des pavots.

t'as pas compris que le sujet c'était la légitimation d'un rappeur par un média puissant à portée mondiale, cqfd "8 Mile" et cqfd "pas France", juste une discussion sur d'éventuelles différences de dynamique sur cette légitimation ?

Bah oui - d'abord tu dis qu'il n'y a pas de radio-crochets dans le rap français, et je te démontre que si.
Puis tu dis le rap français n'a pas de couverture médiatique, et je te montre que si.
NTM ne passent pas a la télé mais si. AKH n'a pas de documentaire sur sa vie mais si.

Alors - maintenant, ton propos se concentre sur "un média puissant à portée mondiale" et c'est encore plus simple: en France ça n'existe pas. Le media le plus fort, à la plus grosse portée, en France, c'est StudioCanal et Europacorp. Justement les producteurs de Taxi (et Yamakasi) et sans aucun doutes les plus gros pourvoyeurs du rap français à l'étranger. Mais ils ne pesent rien face à Interscope/Universal. Donc oui, c'est une affaire de dynamique.

ma question est en fait: "La thématique du rap dans le film La Haine est-elle la thématique principale ?"

Non, elle ne l'est pas. C'est une évidence. Tout comme il est assez évident que la thématique rap est minimale dans 8 Mile: c'est juste Billy Elliot avec un autre talent.

Mais, bon, le but de ma discussion était
1- Un mouvement de jeunesse type yéyé a eu un traitement différent d'un autre mouvement de jeunesse, le rap

Les yéyés, c'est exactement, à tous les niveaux, sur tous les traitements, la stricte même analogie que le rap français en terme médiatiques comme institutionnels. Ah bon.

Grosso modo, oui, avec du racisme un peu.

2- les yéyés ont une démarche de copie sur les US différente de la même démarche de copie rap fr/US

2- Le rap français ? Pareil, une stricte copie des US sans aucune distinction, l'exacte même traitement médiatique, l'exact même légitimation. Un copié-collé. Ah bon.

Je te cite:

Est-ce la même musique, du rap français et US ? Tu penses que non, mais honnêtement, c'est la même chose, les gars ont commencé sur les mêmes boites à rythmes, les TR808, les MPC, les mêmes logiciels de MAO, ils placent les mêmes kits de batteries. A part la langue, c'est strictement la même chose.

Donc de deux choses l'une: c'est strictement la même chose dans le sens de la production et de l'échange: à l'échelle, les structures sont semblables: les rappeurs sont partout, proportionnellement parlant - ouais plein en Amérique mais il y a aussi énormément de choses qui ne sont pas du rap, que tu ne vois pas. Ce n'est pas la même chose dans la consommation, vu que les parts de marché sont différentes, et que personne en Amérique ne va venir dans les caves de France pour dénicher le nouveau Tekashi69. Mais PNL peuvent faire la couv de The Fader. La nuance.