Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Rap français
#61
J'associe généralement le rap à un message, bien qu'il s'agisse aussi de musique, j'en conviens. Et le message implique que je puisse y croire, d'où l'importance pour moi de la crédibilité.
La question n'est ni mon goût, ni le droit d'aimer, ou pour le gros de faire du rap.
Je dis juste ce que j'ai senti à l'apparition de Kaaris, et pourquoi.
Mais si vous voulez bannir l'intelligence et la crédibilité quand on parle de lui ou du gros, ça roule.

Et j'ai rien dit sur la musique de K, que je sais apprécier.
J'ai tendu l'oreille sur Kalash, j'ai pas trop vibré depuis, même si le mec est meilleur que beaucoup.

Si ça se joue au "trop ou pas assez cassos", les histoires de message sont caduques.
Rap grand guignol ? OK ils sont crédibles.
Moins une question de goût, que de valeur.

J'avais une image un peu différente de K avant ça. Peut-être l'effet d'un plan com… D'abord on se concentre, puis on se répand… Kaaris arrive, Kaaris est là…
Répondre
#62
Dans son cas il reste dans un pur style trap. Un genre qui revendique presque qu'il n'y ait pas de message dans ses textes, si ce n'est soit un homme ou un "OG" et fais ton biff dans ce sens.
Et les meilleurs savent très bien broder autour de ça.

On peut penser que c'est limité mais c'est une des caractéristiques pour que ce style musical soit percutant. Et c'est ce que vend Kaaris en itw.
Au-delà de celle purement musicale, l'intelligence dans ce type de réussite, c'est qu'il y a une vraie lucidité par rapport à la culture et l'évolution du marché rap puis aussi sur les propres qualités des artistes.
A ne pas refaire les mêmes choses encore et encore et qu'est tu veux dire de plus sur le ghetto que les meilleurs rappeurs depuis les années 90 ?

Tout le monde connait la situation des "ghettos" maintenant, c'est dans la culture populaire grâce aux formidables années 90 justement, le message général évolue plus qu'il ne disparaît d'après moi. Avec Kaaris, on peut chercher quelque chose dans la reprise de ses gestes, notamment par le sportif Teddy Tamgho. Dur d'aller parler de message mais il y a bien une idée qui passe.

Dans la trap les artistes vendent juste leur vision pour réussir dans la vie.
Et leur crédibilité commence justement dès qu'ils vendent et qu'il déplacent du monde au concert puisque cette réussite valide leur manière de réussir dans la vie qu'ils prônent.

Et l'image de Kaaris te paraît différente par un plan com, c'est sûr puisqu'il n'y a plus que ça qui marche...Le personnage est clairement travaillé, on sent que la personne se limite au style musical qu'il vend en itw. Et tant mieux pour lui c'est aussi ça qui lui permet de percer.
Pour arriver frais, la spontanéité ne suffit plus. Pour une ou deux vidéos peut-être mais pas pour vendre 20000 skeuds.

Aux US ils ont Odd Future et leurs descendants qui savent très bien contourner ces règles voir parodier la trap musique, on peut toujours espérer que des français sauront un jour le faire aussi bien pour donner une contrepartie.
Répondre
#63
dulbi a écrit :J'associe généralement le rap à un message, bien qu'il s'agisse aussi de musique, j'en conviens. Et le message implique que je puisse y croire, d'où l'importance pour moi de la crédibilité.
La question n'est ni mon goût, ni le droit d'aimer, ou pour le gros de faire du rap.
Je dis juste ce que j'ai senti à l'apparition de Kaaris, et pourquoi.

Associer le rap à un message, justement, il ne faut pas, c'est un gros contresens.

Le rap c'est avant tout une musique. Ou un film, ou un dessin-animé. Il faut mieux le prendre comme ça.
Répondre
#64
Dans l'interview de Starlito et Don Trip – que j'ai postée dans le thread qui leur est consacré – ils discutent justement de cette crédibilité qui nous occupe ici. Eux, parlent de musique "honnête".

extrait:

Do you think the kind of music you make is undervalued right now, relative to how it used to be?
Starlito: Hell yeah. I think there's a wide open market for it.

Why do you think it's like that?
Don Trip: Because it’s honest music. And in order to make honest music, you have to the audacity to say, "Fuck you if you don’t like what I’m saying." Period. And a lot of people don’t really have that bone. That’s something you can’t grow, that’s something you’re born with. I think that goes everywhere, it’s not just music, it’s just how you are.

And two people I can speak on personally, Star and Kevin Gates. Those are two people that, no matter what, if he feels like saying it, he’s going to say it. And Gates is the same way. If he felt like saying it, he’s going to say it.

In that regard, I’m the same way. If I feel like saying it, it’s going to get said. And when it comes to the music, that’s pretty much how we take it. I can’t give you no other story than mine. Me giving you so and so’s story is watered down already, because it’s his story. I couldn’t tell it like he could tell it anyway.

Starlito: I think the lane is wide open, also, because so many people have achieved massive success doing the opposite. And I’m not taking away from no one else’s success story, but a lot of people have made names for themselves, established careers, made hits, made tons of money off lying, off giving half truths, off commercializing the whole hood experience, or giving some jaded perspective.

Everybody’s not rich. Everybody I know that had bricks, the majority of them are locked up. None of them are rapping. None of them are running around, fresh as hell, driving around foreign cars and shit. That’s not my reality.

That’s to say that some of that music isn't good, but when we pan across and show you the rest of the picture, I think it’s like, "Oh shit, what is this? What are they talking about?" You’re not going to get a “Leash on Life” from a whole host of other street rappers. You’re not going to get “Caesar and Brutus” from street rappers that talk about the same types of things.

I don’t think we talk about the drug trade nearly as much as a lot of rappers. But a song like “Caesar and Brutus” is about two dope boys—this is a dope boy song. The difference is we sprinkled that reality in, that’s about how a bitch that can undo that whole tie. Like everybody else’s song is, "I got this, I got this, we got this—"


Don Trip: We offer the ugly part of the picture. Because everything’s not cute. And we don’t have Lamborghinis, so I can’t—I hate to keep saying Lamborghinis, but the fact that I’m not rich in that regard and I don’t have all of this, I can’t speak about all of that. And really when it comes to music now, that’s pretty much how they approach it. They take the pretty element of what’s going on and give you that, but that’s not really what’s going on everywhere. That’s really not going on nowhere that I’ve ever been.

Starlito: The disconnect is finding the audience that would be the most receptive to it, so they gravitate toward what we’re doing. And I think the disconnect is that they’re not online. The people that our music would most closely appeal to aren’t searching for a download link, don't probably don’t have a clear understanding of how to get digital music.

So it’s a wide open lane, we just have to meet in the middle of that demand curve. We have to find that audience, because you have to filter through the noise that is just music everywhere. But we’re right there next to—our music is going to be right next to somebody who’s not making the same type of music or aesthetic.

Like Trip said, I don’t think we’re afraid to be ourselves, I don’t think our music cares at all for acceptance. I think our music will be accepted because of that. But we’re not seeking out a spin, we’re not seeking out a positive review, we’re not seeking out a certain type of fan. We’re not catering our music to just this demographic or that one.

Like we’re being ourselves and we’re already a part of this one particular demographic because of who we are or where we come from and we’re just trying to let the reality of that come to the surface. I think that is it’s own lane and it's underpopulated.


Citation :Le rap c'est avant tout une musique. Ou un film, ou un dessin-animé. Il faut mieux le prendre comme ça.
Une musique, oui, mais certainement pas un film. Ou alors un docu-fiction. Quand les Clipse racontent qu'ils tombaient sur des briques en jouant à cache-cache à la maison quand ils étaient gosses, c'est probablement une exagération... mais on ne sait pas, le doute plane, c'est vraisemblable. Et c'est cette dimension qui fait du rap quelque chose de particulier. Le rap est à la frontière entre la réalité et la fiction. Une frontière trouble.
Répondre
#65
Citation :. Avec Kaaris, on peut chercher quelque chose dans la reprise de ses gestes, notamment par le sportif Teddy Tamgho. Dur d'aller parler de message mais il y a bien une idée qui passe

Anelka aussi....


Je comprends pas trop ce que Dulbi reproche à Kaaris à propos de cette légétimité. Il dit rien d'exceptionnel au final, il est moins loin que Booba dans le fantasme et la mythologie par exemple.
Répondre
#66
Le 11 novembre :
[Image: 1383594453.jpg]

http://www.dailymotion.com/video/x16n5x5...ciel_music
Répondre
#67
Pour votre plaisir personnel...
http://haterz.fr/2014/01/drole-de-parcou...-chiffres/

Momo d'Arsenik...
Répondre
#68
Elle a l'air bien gratinée la bio de La Fouine haha.

il y a un bonus: http://haterz.fr/2014/01/bonus-la-fouine/


"Une équipe de bardes urbains de Boulogne"
Répondre
#69
Nouveau clip de Kaaris :

[video]http://www.youtube.com/watch?v=O7iWorzvlKE[/video]
Répondre
#70
"Pour mettre au monde ce genre de renoi / le bassin de Marianne est trop étroit"

En fait j'aime bien Kaaris. Il a le sens du slogan et de la formule. En revanche les beats de Therapy sont vraiment génériques. Ils sont bien mixés et tapent fort mais ils sont pas créatifs pour deux sous. On dirait qu'ils sont restés bloqués sur la trap de 2010 à la Flockaveli.
Répondre
#71
hera a écrit :Il a le sens du slogan et de la formule. En revanche les beats de Therapy sont vraiment génériques.

Ca ressemble à une description du rap français en général.
Répondre
#72
Euh y en a pas tellement des rappeurs français qui ont le sens de la formule... En même temps ce n'est que par hasard que du rap français parviens à mes oreilles. L'autre jour à la radio il y avait un morceau apparemment tiré du dernier album d'IAM. C'était vraiment la catastrophe.
Répondre
#73
Y'en a même très peu.

Il me fait bien marrer Kaaris.
Répondre
#74
Il sait bien mettre la pression aussi, concert au bataclan :
[video]https://www.youtube.com/watch?v=W1QWF6v6qUI[/video]
Sur l'intro, ça fait mal!
Répondre
#75
Je Bibi au début... Zoo tout à la fin... Bon choix.
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)