Topic: L'éternelle agonie de l'album

Comme ça n'a plus grand chose à voir avec le sujet Freddie Gibbs.

Et aussi pour avoir autre chose que des threads sur la drill visible sur la homepage du blog.

Lomi wrote:
codotusylv wrote:

Enfin bon, je suis un vieux con qui croit toujours au concept d'album.

Tiens je suis tombé là dessus à ce sujet d'ailleurs :
https://2gather.fr/2021/02/11/lalbum-da … pertinent/

codotusylv wrote:

Oui, je l'avais vu passer.

Le truc, c'est que la mort de l'album, c'est quand même un très vieux thème. On était déjà persuadé qu'il allait être tué par le CD.


hera wrote:

éternel débat.

mes ceux centimes:

-Les albums des années 1980 sont systématiquement sous-estimés. On part du principe que c'est toujours trois singles avec 7 autres titres pour vendre un album. Il y a des putain de classiques. Ice-T bordel.

-Les albums des annes 1990 sont systématiquement surestimés. En vrai il y avait toujours au mieux deux ou trois fillers et des skits pour gonfler artificiellement le machin. Même chez RZA, si si.

-Dans les années 2000 il y a encore plein d'albums qui sont conçus comme tels. Mais oui, souvent les mixtapes étaient plus bandantes.

-dans les années 2010 je constate plutôt un retour de l'album. C'est même presque un âge d'or pourrait-on dire. Des formats courts d'une trentaine de minutes (comme un album vinyle tiens tiens). Il y a aussi le syndrome playlist mais on ne peut pas généraliser.

Je suis d'accord avec tout. Surtout concernant les années 2010. Le fait qu'on soit libéré du format CD a au contraire rendu les albums meilleurs. Tu as le droit de sortir un truc de 30 ou 40 minutes avec rien que des bons morceaux, comme au temps du vinyle exactement. Plus besoin de remplir 80 minutes à tout prix.

Et les mixtapes étaient souvent plus "album" que les albums. Pas besoin de sortir des tonnes de morceaux différents qui mangent à tous les rateliers, afin de plaire à tout le monde. Au contraire, on sort tout ce qu'on a, tout de suite, de manière plus cohérente. Et il suffit qu'on soit en forme à ce moment précis pour que ce soit un classique avec rien à jeter. Un peu comme les Beatles dans les années 60 qui sortaient un bon album tous les six mois, avant même qu'on théorise le concept-album.

All these niggas fake for real, I'll snatch a nigga grill
http://www.fakeforreal.net

Re: L'éternelle agonie de l'album

Tout a été dit, je viens juste donner de l'amour à Larry Smith qui est clairement le pionnier du rap le plus sous-estimé. Rien que dans les débuts des années 80, il produit Escape de Whodini, le premier album des Fat Boys, les deux premiers de Run-DMC et des trucs pour Kurtis Blow. Tout le monde parle de Rick Rubin mais où est l'amour pour ce bon Larry, merde.

Re: L'éternelle agonie de l'album

[casquette de papy]

Je pense que l'album revient parce que le single - au sense d'objet commercial - est mort. Tu payais 30 FRANCS LE CD DEUX TITRES PAPA. Alors qu'un 45 tours coûtait 5 ou 10 francs...

Maintenant tu achètes ton single a 1 euro, alors les albums sont redevenus raisonnables (bon, sauf le vinyle).

Re: L'éternelle agonie de l'album

Le phénomène du vinyle n'est pas musical. c'est juste un exemple de plus de l'artification rampante qui phagocyte à peu près tous les versants de la culture populaire. Putain tu peux plus t'acheter une paire d'Air Max sans devoir faire la queue quelque part ou participer à une loterie comme un connard.

Moëvöt & Chandon.